Les femmes sont en contact avec plus d’une centaine de cosmétiques par jour. Les hommes en utilisent aussi, dans une moindre mesure.

Quand on sait que notre peau absorbe une partie de ces cosmétiques, on peut commencer à s’interroger sur ce qu’elle absorbe comme substances. Les ingrédients venant tout droit de la nature sont alors privilégiés et cela par un marché de cosmétiques biologiques et naturels.

Vous avez alors le choix pour utiliser des cosmétiques plus éthiques, respectant votre peau et l’environnement, composés d’ingrédients issus de l’agriculture bio !

DES SOINS DE QUALITÉ RESPECTUEUX DE L’ENVIRONNEMENT

Quand nous regardons les ingrédients de nos produits de beauté, nous pouvons nous poser des questions : qu’est-ce que ces noms à rallonge signifient ? Qu’est-ce que je met réellement sur ma peau ?

Dans un contexte de prise de conscience sur notre influence sur l’environnement et sur nous-même, il y a un retour au naturel. Des labels sont ainsi nés comme Ecocert et Cosmebio, pour certifier la qualité de nos produits cosmétiques biologiques.

Ces labels français ont été créé respectivement en 1991 et 2002. Cosmebio étant une association fondée par une dizaine de laboratoires, regroupant environ 400 entreprises et proposant plus de 9000 produits labellisés. On y retrouve des marques comme Phyt’s,  Cattier et certains cosmétiques de la marque Yves Rocher. Il y a des distributeur également comme Weleda ou Mademoiselle Bio. Les produits sont jugés sur plusieurs critères :

la production : les matières premières doivent être issues de l’agriculture biologique et leur production respectueuse de l’environnement.

la traçabilité : elle est contrôlée par ses organismes pour déterminer l’origine de chaque ingrédient d’un produit et son pourcentage dans celui-ci.

l’emballage : il doit être biodégradable ou recyclable. Le but est d’éviter de créer des déchets non revalorisables et contribuant à la pollution. C’est par exemple le dentifrice solide Lamazuna entièrement recyclable, car il tient sur un bâtonnet compostable.

Le cahier des charges de ces labels est précis. Le plus exigeant est le label Allemand Natrue. Tous ces labels garantissent une certaine qualité de produit cosmétique biologiques. Ils respectent notre peau et nos cheveux. Et offrent une alternative au marché des cosmétiques conventionnels dont l’origine des ingrédients laisse souvent à désirer.

DES CRÈMES BIO SANS INGRÉDIENTS CHIMIQUES

 

En effet, nous pouvons retrouver des dérivés de pétrochimie dans nos crèmes ou des perturbateurs endocriniens, des OGM, des nanoparticules, des conservateurs décriés… Ce sont des ingrédients soupçonnés d’être dangereux pour certains et pour d’autres avérés. Que ce soit pour l’homme, comme pour l’environnement.

De plus, lors de leur culture et/ou de leur extraction, ces ingrédients chimiques sont polluants. C’est pour ces raisons que les labels cosmétiques bio ont un seuil d’exigence de quantité d’ingrédients biologiques dans les produits naturels. Par exemple, pour le label Ecocert Cosmétique biologique il faut que 95% minimum des végétaux de la formule du produit soient issus de l’agriculture biologique. Et que 10 % minimum du total des ingrédients en proviennent également.

Malgré ça, les textures sont toujours aussi plaisantes qu’en cosmétique conventionnelle. Et on retrouve toutes les formes : crèmes, huiles, sérum… De plus, les actifs naturels ont une réelle affinité avec notre peau et nos cheveux. Ils sont ainsi efficaces et sains.

Il y a une richesse de principes actifs naturels, qui permettent alors de créer de multiples possibilités pour tous les types de peaux : du miel pour les peaux sèches, de la rose pour les peaux déshydratées ou encore de la camomille pour les peaux sensibles. Même au niveau des parfums, il y a aussi une transition vers des parfums à base d’huiles essentielles plutôt que des odeurs synthétiques. Le maquillage se veut aussi plus naturel, en proposant du maquillage minéral.

Les produits chimiques au sein des cosmétiques et produits d’hygiène et de beauté sont souvent la cause de cancers. C’est pourquoi nous préconisons de vous diriger vers des produits naturels comme le bicarbonate de soude, une alimentation saine, le citron..etc.

DES TESTS SUR LES ANIMAUX INTERDITS

 

En mars 2013 la commission européenne a voté une loi interdisant les tests sur animaux des produits cosmétiques et de leurs ingrédients. Malgré cela, certains fabricants et marques, ont continué à en pratiquer. Il faut savoir que pour tester le potentiel d’irritation d’une substance, elle est appliquée sur la peau des lapins qui sont rasés. Mais aussi dans leur yeux, pour tester le potentiel d’irritation oculaire. Ces fabricants contournent la loi et ont comme argument pour continuer les tests sur les animaux, le souci « d’évaluation de la sécurité des produits cosmétiques ». Parmi eux, on retrouve des marques comme Neutrogena, Guerlain et MAC cosmetics.

Selon l’étude réalisée en 2016 par l’association de protection animale Peta, il y a encore plus de 250 marques de cosmétiques qui font toujours des tests sur animaux. Ce qui n’est évidemment pas le cas des cosmétiques bio. En novembre 2016, la Cour de Justice de l’Union européenne a rappelé la loi interdisant de tester des produits cosmétiques sur les animaux en Europe. Et s’il y a vraiment nécessité, de le faire en dernier recours et de prévenir obligatoirement l’Agence européenne des produits chimiques. Cela apparaît alors dans un dossier d’information produits cosmétiques.

Les fabricants et les laboratoires ont depuis 2013 trouvé des alternatives de test des produits. Comme le microdosage, c’est-à-dire que des petites doses d’une substance sont appliquées sur des êtres humains, pour en identifier les effets au niveau cellulaire. Mais aussi grâce à l’imprimante 3D, la possibilité de faire des tests sur des tissus humains imprimé.

C’est l’Oréal qui est derrière cette solution évitant le recours à des personnes volontaires ou des animaux. C’est ainsi que plus de 200 propositions de tests autre que sur les animaux, ont été validé par l’OCDE (l’organisation pour la coopération et le développement économique). Reste plus que toutes les entreprises s’y tiennent et que les pays en dehors de l’Europe s’en inspirent.

Un achat est égal à une forme de vote. Vous donnez votre avis sur des produits naturels qui correspondent à vos valeurs en les achetant. Et en évitant les autres. Les marchés sont obligés de s’adapter, comme pour les tests sur les animaux. Plus de la moitié des consommateurs privilégie des cosmétiques non testé sur animaux. Vous avez du pouvoir pour changer les choses et accompagner la transition énergétique. Vous pouvez agir directement chez vous, comme vous le préconise Béa Johnson dans son livre « Zéro Déchets« .