L’eau est une ressource précieuse et bien que notre planète en est recouverte à 70 % , au fil des années, elle se fait de plus en plus rare et coûte de plus en plus cher. Une personne consomme en moyenne 90 litres d’eau par jours.

Elle est essentiellement puisée dans des nappes phréatiques ou des eaux de surface (océans, des mers, des lacs, des rivières…). Mais ces réserves naturelles sont loin d’être illimitées et avec la perspective d’une population croissante, elle s’épuise progressivement. Il devient urgent de trouver une alternative écologique pour que l’offre ne finisse pas par dépasser la demande.

La récupération et le recyclage des eaux représentent clairement une alternative intéressante dans le cadre de l’exploitation des énergies propres et renouvelables. Elle promet de nombreux avantages aussi bien sur le plan écologique qu’économique et ne se limite pas seulement à une utilisation « non-potable » tel que l’arrosage du jardin, laver la voiture ou l’utiliser dans vos toilettes, vous pouvez également vous doucher avec et même la boire (il vous faudra un système adapté).

Le récupérateur d’eau comme son nom l’indique, sert à récupérer l’eau, plus précisément l’eau pluviale. Il permet de stocker des quantités plus ou moins importante qui pourra être utiliser pour subvenir à  ses besoins domestiques ou professionnels.

le fonctionnement d'une cuve d'eau de pluie

Mais comment cela fonctionne-t-il ?

En réalité, c’est beaucoup plus simple qu’il n’y parait. L’eau pluviale qui tombe sur le toit ou toute autre surface est, dans un premier temps, acheminée vers un filtre collecteur qui  élimine tous les débris végétaux.

Puis, elle est stockée dans un réservoir en plastique ou en acier placé soit sur le sol, soit sous la terre ou encore près d’un bâtiment selon la quantité d’espace disponible.

Une pompe permettra de distribuer l’eau de pluie dans votre maison u votre jardin et empêchera l’eau stocker de déborder Ce système, permet de collecter jusqu’à 20 000 litres d’eau. Tout déprendra de la capacité de la cuve.

Quels sont les avantages d’un récupérateur d’eau de pluie ?

L’eau pluviale peut être tout aussi utile que l’eau de ville. Installer un récupérateur d’eau chez soit ou pour son entreprise et la recycler, c’est réaliser une démarche responsable qui s’inscrit parfaitement dans l’idée de développement durable !

Il vous permettra d’acquérir une certaine indépendance et de vous soustraire légalement au restriction de consommation. De plus, l’eau de pluie est gratuite et généralement de bonne qualité. Les systèmes de collecte d’eaux pluviales sont relativement faciles à entretenir, quant ils ne sont pas utilisés pour produire de l’eau potable.

Le recyclage de l’eau de pluie en une eau propre à la consommation alimentaire nécessite un système de purification et d’analyse coûteux pour la traiter. Mais outre, des avantages écologique et quantitatif, ils vous permettrons de faire des économies.

L’utilisation de l’eau de pluie pour des tâches telles que la chasse d’eau, qui représente environ 35% de la consommation en eau d’un ménage, ou encore la lessive qui représente 14 % permet de ne pas utiliser l’eau potable fraîche provenant du réseau et offre une réduction significative sur votre facture finale.Il est important de souligner que seules les propriétés équipées d’un compteur d’eau pourront réaliser entre 40% et 50% d’économies . Ceux qui n’en n’ont pas et paient un prix forfaitaire ne verront pas la différence.

Si vous souhaitez savoir comment relier une citerne d’eau à la chasse d’eau de vos toilettes, lisez cet article !

Quels sont les différents modèles de récupérateurs d’eau de pluie ?

Il existe plusieurs modèles de récupérateurs d’eau de pluie sur le marché.

Le choix de la cuve de récupération d’eaux pluviales se fait en fonction :

  1. de l’utilisation de l’eau
  2. de la surface de la toiture de la maison
  3. de la pluviométrie
  4. du nombre de personnes vivant dans la maison.

Le récupérateur à usage extérieur, utilisé essentiellement pour arroser votre potager (en permaculture biensûr !), se pose à même le sol et à proximité des gouttières. Il s’installe facilement et rapidement et ne nécessite pas une grosse transformation de vos évacuations existantes. Il est conseillé de le surélever pour pouvoir tirer la quantité de liquide nécessaire par le bas avec un robinet. Il est possible de le raccorder avec d’autre cuves.

Le réservoir intérieur, peut être installer dans la cave ou dans un local attenant. Il est également facile et rapide de le relier aux gouttière de la toiture pour alimenter le réseau domestique (sanitaires, machine à laver, arosage du jardin…). Il est possible de le raccorder avec d’autre cuves.

La cuve enterrée fournie grâce à une pompe de l’eau pour l’arrosage, le lavage ( terrasse, véhicule, piscine…) et peut tout à fait être raccorder au réseau domestique ( sanitaire, machine à laver…). Elle à une grande capacité de stockage ( de 1500 à 5000 litres), elle est discrète ( un seul couvercle en surface ) et est facile à entretenir grâce à une filtre de surface. Elle est ensevelie à un mètre de la surface du sol et ne doit pas être placé hors du passage des véhicules. Ces cuves peuvent être en polyéthylène ou en béton. Cependant son installation nécessite la prise en compte de plusieurs contraintes. Ce modèle est plus onéreux. Il nécessite un équipement plus complexe et d’être poser par un professionnel.

De même, il existe plusieurs types de matériaux pour la citerne de récupération. Les trois principaux sont le béton, le plastique ou des matériaux synthétiques. Le choix du matériel répond à plusieurs facteurs tels que l’emplacement, la place disponible, les objectifs d’utilisation et la quantité de pluie récupérable.

Un récupérateur d’eau correctement installé peut fonctionner pendant plus de 10 ans avant de devoir être nettoyer.

Comment raccorder un récupérateur d’eau ?

L’installation d’ un récupérateur d’eau de pluie est une opération assez simple.

Avec un peu d’organisation, vous pouvez concevoir et installer un système qui vous donnera non seulement une eau de bonne qualité, mais réduira votre dépendance à l’eau de distribution.

Ici vous trouverez une vidéo de l’installation d’une cuve de la marque Graf :

Voici les différentes étapes à suivre :

  1. Commencez par choisir un emplacement pour installer le récupérateur. L’idéale est de poser une dalle plate pour le surélever légèrement.
  2. Puis, déterminer l’endroit prévu pour le raccordement sur la cuve. Ce sera le point de sortie de l’eau.
  3. Percez un trou et raccorder le tuyau qui reliera la gouttière du toit au point d’entrée du réservoir sur la partie haute de celui-ci .
  4. Utilisez de l’adhésif pour fixer tous les joints, sauf celui du point d’entrée, afin que le tuyau et le couvercle de la cuve puissent être retirés plus tard pour dégager les débris.
  5. De la même façon, poser le robinet du récupérateur sur la parie basse de la citerne.
  6. Installer le filtre dans le tuyaux de descente de la gouttière.
  7. Fixer la pompe pour absorber tout mouvement et toute vibration entre l’entrée de la pompe et le robinet de sortie du réservoir.
  8. Reliez-les par un tuyaux de 300 mm de long, et raccorder les avec du téflon puis branchez le tout au système électrique.

Voir également l’article sur les citernes sur les toits d’immeuble.

Quel récupérateur d’eau choisir ?

De plus en plus de gens décident d’opter pour une consommation d’eau mesurée. Le choix d’un récupérateur dépend de vos besoins. Pour un particulier qui veut seulement arroser son jardin ou laver sa voiture une cuve extérieur de 30 à 150 litres et largement suffisante.

Pour ceux qui décident de se soustraire au réseau d’eau courante, il faudra opter pour un réservoir intérieur ou une cuve enterrée dotés d’une capacité de stockage plus grande et de système plus complexe.

Pour une utilisation « non-potable » à votre domicile (douche ou machine à laver par exemple), il faudra ajouter au collecteur un ou plusieurs filtres pour rendre cette eau propre.

Et si vous envisagez d’utiliser l’eau de pluie pour boire ou cuisiner, vous devez garder à l’esprit que la pluie traverse l’atmosphère avant de tomber au sol, de sorte qu’elle peut absorber les différents résidus présents dans l’air. La plupart des eaux de pluie sont sans danger mais pour améliorer leur qualité, il est conseillé de la faire bouillir et de la filtrer. Faire bouillir l’eau permettra de tuer les agents pathogènes et le filtre enlèvera les produits chimiques, la poussière, le pollen, la moisissure…etc.

Combien coûte un récupérateur d’eau ?

le coût d'un récupérateur d'eau

Le prix d’un récupérateur varie en fonction de plusieurs facteurs tels que la contenance, le type de matériau utilisé (béton, laine de verre etc.), la marque, le fabricant, le projet (préfabriqué ou sur mesure) etc…

Pour inciter le plus grand nombre à privilégier l’utilisation de systèmes d’énergie renouvelable, l’état accorde des subventions à certaines communes et régions. Il existe également des aides financières telles que l’éco-prêt à taux zéro pour les récupérateurs de pluie et, depuis 2006, un crédit d’impôt plafonnée à 8 000 euros pour un célibataire,  16 000 euros pour un couple et 400 euros par personne à charge supplémentaire. Le taux du crédit d’impôt est de 30 %.

La réglementation de la récupération d’eau de pluie

La récupération de l’eau pluviale en France est réglementée par le ministère de l’écologie, de l’énergie, du développement durable et de l’aménagement du territoire, le ministre de l’intérieur, de l’outre-mer et des collectivités territoriales, le ministère de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative et le ministère du logement et de la ville.

Même si, comme le stipule l’article 641 du code civil, «Tout propriétaire a le droit d’user et de disposer des eaux pluviales qui tombent sur son fond» les conditions d’usage de l’eau de pluie récupérée sont clairement définies.

L’arrêté du 21 août 2008 relatif à la récupération des eaux de pluie et à leur usage à l’intérieur et à l’extérieur des bâtiments «précise les conditions d’usage de l’eau de pluie récupérée en aval de toitures inaccessibles, dans les bâtiments et leurs dépendances, ainsi que les conditions d’installation, d’entretien et de surveillance des équipements nécessaires à leur récupération et utilisation».

L’eau de pluie collectée à l’aval de toitures inaccessibles peut être utilisée pour l’alimentation des WC, nettoyer les sols, laver votre voiture ou encore l’arrosage du jardin et éventuellement pour le lavage du linge, «sous réserve de mise en œuvre de dispositifs de traitement de l’eau adaptés».

Les équipements de récupération de l’eau de pluie doivent être conçus et réalisés, conformément à la législation en vigueur, de manière à ne pas présenter de risques de contamination vis-à-vis des réseaux de distribution d’eau destinée à la consommation humaine.

Il doivent être accessibles aux agents de la direction départementale des Affaires sanitaires et sociales (D.A.S.S.) qui viendraient effectuer un contrôle de votre installation. Le système de filtration de la cuve doit être entretenu annuellement et indiquer de façon claire sur vos canalisations celles qui sont destinées à l’eau non potable.

De même vous êtes tenue de déclarer à votre mairie si vous rejetez de l’eau de pluie récupérée dans le réseau d’assainissement de la collectivité et d’installer un compteur pour estimer le volume d’eau de pluie rejetée.

A l’origine la réglementation interdisait strictement l’utilisation de l’eau de pluie pour la consommer, pour la préparation, la conservation des aliments, pour le lavage de la vaisselle, pour l’hygiène cependant une ordonnance du 5 janvier 2017, autorise désormais l’utilisation de l’eau non potable pour certains usages domestiques lorsque la qualité de l’eau n’a pas d’effet sur la santé des usagers ou sur la salubrité des denrées alimentaires finales.

Cela permettra notamment l’utilisation de ressources alternatives dans l’habitat, comme l’eau de pluie. L’ordonnance est en attente de décrets d’application.

Pour connaître les niveaux de qualité légaux pour les eaux destinées à la consommation humaine sont définis par l’arrêté du 11 janvier 2007 relatif aux limites et références de qualité des eaux brutes et des eaux destinées à la consommation humaine, publié au JO du 6 février 2007, vous pouvez demander à la direction des affaires sanitaires et sociales de faire analyser votre eau de pluie par un laboratoire agréé.

Ces seuils sont totalement inatteignables par des particuliers.

« Pour chaque liberté fondamentale, une autorité administrative précise quelles en sont les limites ».

Chacun d’entre nous a le droit de récupérer gratuitement l’eau de pluie et de l’utiliser en respectant la législation en vigueur. Cette condition peut sembler contraignante mais il serait dommage de se passé d’une tel système seulement parce que cela semble compliqué.

Le plus dur reste à franchir la frontière des énergies propres et renouvelable. L’eau, le soleil, le vent, la terre a tellement à nous offrir dans la mesure où nous ne surconsommons pas ces ressources indispensable à notre bien être et respectons notre environnement. Et si l’aspect financier vous freine dans votre démarche , n’oubliez pas que l’état favorise cette transition énergétique en accordant des aides.