L’ALGUE SPIRULINE CONTRE LE CO2

L’algue Spiruline contre le CO2 : bienfaits écologiques et nutritionnels

La spiruline est une micro-algue bleue qui est aujourd’hui de plus en plus demandée par les sportifs, les végétariens et aussi pour les enfants en malnutrition. Ce micro-organisme date de trois milliards d’années et fait sa photosynthèse grâce à la chlorophylle qu’elle produit. Elle a une une forme spiralée d’où son nom.

La spiruline a de nombreux intérêts nutritionnels dont on entend beaucoup parler. En revanche, elle apporte aussi des bienfaits pour l’environnement qui sont eux, moins connus de tous. Et pourtant, la spiruline est une vrai championne de production d’oxygène !

La spiruline, une richesse inégalée en vitamines de plusieurs groupes et une production écologique.

LA SPIRULINE EST LE SEUL ALIMENT CAPABLE DE NOUS APPORTER TOUS LES APPORTS NUTRITIONNELS DONT NOUS AVONS BESOIN.

UN ALIMENT DOTÉ UNE COMPOSITION OPTIMALE

La spiruline était déjà cultivée et consommée par les Aztèques, mais aussi par des peules du Tchad depuis le IXème siècle. Ils faisaient et font encore des gâteaux sec appelés « Dihé », qui sont à base de spiruline. Cette algue a une composition riche en couleurs : vitamines A, E, D, B1, B2, B3, B6, B8, K, du bêta-carotène, 60 % de protéines végétales en moyenne, de la chlorophylle et du phycocyanine lui donnant sa couleur, du zinc, du fer, du magnésium, des enzymes, des oméga 6…

La liste est longue. Elle est très bien assimilable par notre système digestif. Cela va sans dire qu’elle apporte à nos corps beaucoup de bienfaits grâce à toutes ces vitamines, minéraux et oligo-éléments.

A ce jour peu d’études existent pour tous les prouver, mais il faut savoir qu’elle est tout de même utilisée en humanitaire pour les enfants en malnutrition. Ainsi en Afrique, en Asie et en Amérique du sud principalement, on donne de la spiruline déshydratée à ces enfants.

Par ailleurs, les défenses immunitaires sont renforcées grâce à l’apport de phycocyanine contenu dans la spiruline. Le phycocyanine aide au renouvellement des globules rouges et augmente leur quantité. C’est un puissant antioxydant utilisé dans les hôpitaux en Asie. Il aide principalement pour la santé du cerveau et du cœur. L’apport de globules rouges est aussi intéressant pour les sportifs, car leurs muscles seront alors plus oxygénés, amenant à de meilleures performances.

La spiruline est cultivée en grande partie en Chine, plus de 50 % de la production mondiale en provient. On en produit aussi en Californie, à Hawaï, en France, avec environ 150 producteurs artisanaux et dans plusieurs pays d’Afrique : en Côte d’Ivoire, au Mali ou encore au Burkina Faso. Elle se consomme sous plusieurs formes : en paillettes provenant des producteurs artisanaux ou alors en gélules, comprimés, poudre et liquide, produit par les industries. On en trouve même dans des produits alimentaires dérivés comme les pâtes artisanales !

LA CULTURE DE L’ALGUE SPIRULINE ET SES AVANTAGES

Le marché de la spiruline est de plus en plus développé et la demande est croissante. En 2013, 2 % des Français mangeaient régulièrement de la spiruline. Un projet nommé Melissa, en lien avec la Nasa, en fait un aliment de base pour les astronautes qui la cultive. Mais la spiruline leur sert aussi de producteur d’oxygène ! En effet, la spiruline est capable de produire plus de 16 tonnes d’oxygène, par hectare et par an, et de capter 23 à 40 tonnes de CO2. C’est 6 à 10 fois plus qu’un arbre ! Un arbre en capte maximum 4 tonnes dans les mêmes conditions. Ainsi, elle est à la base de solutions pour lutter contre la pollution sur la planète et permet un rééquilibrage de l’oxygène et CO2.

Pour ce qui est de sa production, elle est écologique et assez simple. La spiruline nécessite une eau chauffée à 37°C pour être produite. Et elle doit aussi être brassée régulièrement. Elle est ainsi produite sous serres. La qualité de la spiruline vient de son séchage lors de la production, d’une part. Si elle est chauffée, comme le font la majorité des industriels, elle perd certains de ses composants.

D’autre part, l’air environnant la culture doit être le moins pollué possible, car la spiruline en absorbe et peu alors absorber des polluants comme les métaux lourds. La culture de la spiruline ne nécessite pas beaucoup d’eau, dix fois moins que n’importe quelle autre culture. Aucun pesticide, fongicide ou herbicide n’est utile pour la produire et son rendement est très élevé.

La spiruline est considérée comme « meilleure nourriture du futur » par l’ONU depuis 1974. Pas d’impact négatif sur l’environnement, pas d’érosion du sol, pas de contamination de l’eau, ni de déforestation pour sa culture, on comprend bien pourquoi elle est nommée ainsi. Même les déchets provenant de sa culture sont réutilisés.

Les groupes de cosmétiques de luxe en utilisent de plus en plus dans leurs soins, comme par exemple la marque Clarins. Pour l’instant, il n’existe pas encore de label bio pour la spiruline en France. Un cahier des charges est en train d’être créé par la Fédération Nationale d’Agriculture Biologique.

Avec cette facilité de production et le peu de surface nécessaire, la culture de spiruline sur les toits est en train de se développer. Ça a démarré par les toits à Bangkok, notamment sur les hôtels de luxe. Les conditions idéales y sont réunies et cela permet de produire de la spiruline fraîche pour les cuisines de ces hôtels. Ils la servent en smoothie et dans les plats. Ou alors elle est revendue localement.

En France, des projets pour faire la même chose sur les toits de Paris sont en cours. Le peu d’énergie dont elle a besoin pour être cultivée, fait que sa culture dans les pays défavorisés est possible. De nombreuses fermes de culture de spiruline ont alors été créées ces dernières années. Ce sont de petites structures familiales ou provenant d’associations humanitaires.

La spiruline est une réponse possible à de nombreux problèmes de santé. Dans le futur, elle fera sûrement partie intégrante de notre quotidien. Elle ouvre de larges perspectives d’utilisations pour lutter contre la pollution. Elle permet d’équilibrer notre écosystème en produisant de l’oxygène et en captant le CO2. Des innovations inspirées de la spiruline naîtront sûrement dans les années à venir, amenant à un air plus sain. Allier la nature et les innovations, est la base de l’économie bleue promue par Gunter Pauli, le Steve Jobs du développement durable.

AUTRES SUJETS POUVANT VOUS INTÉRESSER

Les Startups écologiques de demain

Comment les startup d’aujourd’hui créent le nouveau monde écologique de demain ? Venez rencontrer ses entrepreneurs créatifs à l’âme verte.

Comparaison des programmes écologiques

Découvrez notre comparaison des programmes écologiques des deux candidats du deuxième tour des présidentielle : Marine LE PEN / Emmanuel MACRON.

Banque coopérative

Quels sont les investissements de demain ? Les banques coopératives sont la solution pour allier épargne intelligente et écologie.

Des citernes d’eau sur les toits

Une chasse d’eau, ça consomme. Nous devons trouver une solution ! SmartPlanete vous dit pourquoi installer une citerne d’eau sur son toit.

La Blue Economy par Gunter Pauli

La Blue Economy : Un concept créé par Guntrer Pauli ayant pour objectif un monde sans déchets (grâce à la valorisation des déchets).

Gigafactory Tesla

Une usine 100% autonome (révolutionnaire) entièrement approvisionnée en énergie renouvelable, c’est le nouveau paris d’Elon Musk : La Gigafactory Tesla.

Le Biomimétisme

Le biomimétisme est le fait de s’inspirer de la nature pour innover et créer tout en respectant et en écoutant notre planète (SmartPlanete vous dit tout).

LifeStraw : La paille filtrante

La paille LifeStraw est capable de rendre l’eau potable. Cette innovation est vitale dans certains pays et également pratique pour les voyageurs !

Share This